Perfection… imperfection…

Pourquoi exigeons-nous tant des autres ? de notre famille ? de notre entourage ? de nos enfants ? Car nous nous posons les mêmes exigences à nous-mêmes. Combien sommes-nous à nous juger au moindre faux pas ? à la moindre erreur ? Et pourtant, n’est-ce pas cela qui nous permet de grandir ? C’est le jour où j’ai compris cela que la maternité s’est enfin ouverte à moi, le jour où j’ai lâché une partie de ces exigences que mon fils est enfin arrivé, le jour où j’ai mis de côté la perfection et que j’ai reconnu la beauté de l’imperfection que tout s’est mis en place pour que je puisse accueillir mon bébé.

Je me souviens très bien de ce jour-là… le 16 septembre 2013… Un message reçu, une immense colère m’a remplie, le besoin d’aller me défouler en courant et la prise de conscience… La prise de conscience qu’il me fallait lâcher ce besoin de perfection… Mon fils ne désirait pas cela. Quelle pression, j’allais lui mettre sans m’en rendre compte ! Alors que lui, il n’avait qu’une envie de vivre pleinement sa vie et toutes les expériences qui lui seraient offertes.

Ce jour-là, j’avais rendez-vous avec mon art-thérapeute. Je suis entrée dans son cabinet. Nous nous sommes regardés. Il m’a dit que notre travail ensemble était fini, quelque chose s’était passé, qu’il n’avait plus rien à m’offrir et que tous mes rêves pouvaient se réaliser désormais… L’insémination a eu lieu le 6 octobre. Deux semaines plus tard, le test de grossesse était positif. Cela faisait 5 ans que j’attendais cette nouvelle, que j’attendais d’accueillir une petite âme au cœur de mon être…

Vous pensez peut-être que l’histoire s’arrête là ? Non pas du tout, car depuis il m’arrive régulièrement d’oublier cette expérience et je replonge dans mes travers. Et c’est ok ! Car c’est le chemin, le vrai… Celui qui remplit notre vie de couleurs, de saveurs, de vibrations, de vie… Car le chemin peu importe celui que vous prenez contient des obstacles… un caillou sur lequel vous trébuchez, une racine qui vous fait tomber, une bifurcation et vous vous trompez de route, des branches qui vous griffent les jambes, un trou,…

Pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui ? Parce que ma coach m’a demandée de travailler sur ce qu’est un leader pour moi… Je l’ai fait sans le faire (Et oui désolée Floriane… je l’admets… j’étais loin d’être une bonne élève sur ce coup-là ! Oui parce qu’en plus, je sais qu’elle va me lire… Bref…) Mais ce matin, à nouveau, un message, la peur qui m’envahit… Mais qu’est-ce qui me fait peur dans ces mots ? Cette croyance qui m’habite et qui me dit qu’un leader n’a pas le droit à l’erreur, il se doit d’être parfait… Et là, je plonge dans un souvenir… ce fameux 16 septembre 2013…

Dans mon programme « Shine Mama ! Shine », je ne veux pas que vous deveniez des parents parfaits, bien loin de là… Je veux que vous deveniez des leaders pour vos enfants, c’est-à-dire que vous montriez le chemin, celui de l’imperfection, de votre imperfection, que vous montriez que vous pouvez tomber et oui ça peut faire mal, mais qu’on en guérit et qu’on peut s’en relever, que lorsqu’on est fatigué, on peut s’assoir et se reposer, qu’on peut se tromper de route mais prendre le temps pour retrouver son chemin, que parfois on aimerait bien grimper jusqu’au sommet de l’arbre mais on y arrive pas ou pas encore ou alors qu’on a besoin d’aide… Et tout ça c’est ok… Ok car c’est la vie… la vraie vie…

 « Shine Mama ! Shine ! » est là pour vous offrir des outils afin de vous relever un peu plus facilement quand vous tombez, afin de trouver un nouveau chemin lorsque vous vous êtes perdu, afin de sauter plus facilement par-dessus un tronc qui vous bloque la route…  

Alors chers parents… arrêtez de chercher à être parfait… Prenez soin de vous, accueillez vos imperfections… Montrez le chemin à vos enfants !

Laisser un commentaire